Contact

Rock N Roll Circus

Présentation

Une coproduction SAMA PRODUCTIONS / FONTANA / RTL TVI © 2007 avec la participation de FRANCE 3

Scénario, adaptation et dialogues : Alain Le Henry et Alain Robillard
D’après une idée originale de : Judith Louis et Alain Robillard
Réalisateur : Alain Robillard
Musique : Jean-Pierre Mas – Les Editions du Gaillaguet
Acteurs : Bruno Wolkowitch
Valentina Sauca
Florence d’Azemar
Jean-Marie Juan
Zoon Besse
Elisabeth Vitali
Arthur Dupont
Tom Novembre
Diffuseur : France 3
Durée : 90’
Genre : comédie sentimentale
Tourné à Lyon en décembre 2006
Ventes internationales : Nous contacter

Résumé :

Ils étaient quatre, comme les Beatles. Il y avait Paul, le boss, guitariste et auteur des textes, Robert, dit Bob, le pianiste, compositeur, une encyclopédie vivante du Rock’n Roll, Denis, le batteur, un émule du Muppet Show. Et puis Lisa, la bassiste et chanteuse, l’égérie, la star, dont tout le monde était, à sa façon, amoureux, y compris Jenny, la choriste, embauchée sur le tard pour étoffer l’orchestre. Le tout formait les Starlights, un groupe qui connut son heure de gloire au début des années 80 en s’accrochant trois semaines au peloton du top 50 avec son tube, "Stella". Une apothéose sans lendemain : après une tournée qui leur permit de roder d’autres titres, les Starlights allaient signer leur premier album lorsque Lisa, débauchée par une major qui reniflait la perle rare, est partie du jour au lendemain pour enregistrer un album solo à Londres avec la crème des musiciens anglais. Sans elle, sans sa voix, plus question de continuer l’aventure. Les Starlights étaient fauchés en plein vol.

Mais notre histoire commence 20 ans plus tard... Le jour où Paul enterre son père. Ce jour-là Paul réalise que, malgré sa réussite professionnelle (il a repris l’entreprise familiale) il a suivi une voie qui n’était pas la sienne, est passé à côté de quelque chose. En revoyant les copains de l’époque venus aux obsèques, il décide de faire ce qu’il aurait dû faire depuis longtemps : remonter les Starlights.

Retrouvailles avec les bonheurs et les emmerdes d’un groupe de rock, les répétes dans des garages, les petits bobos et les gros caprices, les nuits à tutoyer les étoiles et les gueules de bois du lendemain matin. Vingt ans après la même chose ou presque car il faut compter sur les emplois du temps qui se chevauchent, les gamins qu’on doit emmener aux répétitions faute de baby-sitter, les conjoints qui renâclent, la fatigue du boulot qui plombe les quadras et les caractères qui s’accordent mal dans l’âge mûr. Et puis le passé, le passé qui pèse avec son lot de remords rampants, de frustrations qu’on ne peut plus dissimuler, de révélations cinglantes…

Les tensions finissent par gagner la musique elle-même, le découragement guette. Mais, au fond, reste cette sensation pour chacun de se délivrer des secrets, de se libérer des fantômes, de grandir, enfin. Tout rentrera dans l’ordre, ou à peu près… La certitude qu’avec les Starlights ils ont vaincu la crise de la quarantaine.